L’Agglomération Valence Romans Sud Rhône-Alpes travaille à l’élaboration de son nouveau Plan Climat-Air-Energie Territorial (PCAET) qui se doit de constituer une réponse locale aux enjeux globaux du changement climatique.

Ce document s’articule autour des trois volets que sont :

pcaet

Les émissions de gaz à effet de serre du territoire proviennent en grande majorité des consommations d’énergies fossiles (84% des émissions annuelles du territoire).

Les transports de personnes et de marchandises représentent près de la moitié des gaz à effet de serre émis sur le territoire et une grande part de la pollution de l’air. Le trafic de transit représente plus d’un tiers des déplacements de personnes. La capacité d’action réduite de l’Agglomération sur ce transit conduit à renforcer les actions sur les autres thématiques (transports « internes » au territoire et chauffage dans les bâtiments en particulier).

Enjeux principaux de ce volet : réduire les consommations d’énergie dans tous les secteurs et augmenter significativement la production d’énergie renouvelable.

Rénov’Habitat durable apporte des réponses concrètes aux particuliers sur ces aspects. De plus, l’Agglo a créé 2 outils d’investissement dans les énergies renouvelables.

Les consommations d’énergies fossiles génèrent des émissions polluantes affectant la population (maladies cardio-vasculaires, irritations, asthmes, etc.). Ainsi les transports jouent une part prépondérante dans la dégradation de la qualité de l’air, notamment pour les particules fines et les émissions d’oxydes d’azote. Les chauffages au bois inefficaces (foyers ouverts et inserts anciens), mais aussi certaines pratiques agricoles et activités industrielles, renforcent ce phénomène qui constitue un enjeu sanitaire majeur pour le territoire.

De fait, une étude récente montre qu’autour de Valence le respect de normes de l’OMS permettrait d’éviter 55 décès prématurés par an.

De nombreuses mesures sont d’ores et déjà prises en vue d’améliorer la qualité sanitaire de l’air (réduction de la vitesse sur l’A7, mobilité hydrogène et GNV, renouvellement des appareils de chauffage au bois anciens…).

Les évolutions climatiques sont déjà en cours sur l’Agglomération, avec une augmentation de la température moyenne de près de 2°C depuis 1960, sans variation notable des précipitations, ce qui entraine un assèchement des sols. Ces dérèglements nécessitent une adaptation des pratiques des acteurs du territoire.

Enjeux principaux de ce volet : bonne gestion de la ressource en eau, adaptation des pratiques agricoles, préservation de la biodiversité.