80% du temps, c’est un air intérieur que nous respirons, à la maison ou au travail.

Or, contrairement aux idées reçues, l’air intérieur accumule souvent plus de pollution que l’air extérieur : accumulation de poussières, effluents chimiques des produits ménagers, de peintures, ou encore de meubles, émanation liées à nos activités (cuisine, ménage, bricolage,….) ou encore à nos modes de vie (tabagisme)… Pour garder une ambiance intérieure saine, l’air doit donc être renouvelé.

Disposer d’une bonne ventilation constitue la meilleure garantie pour conserver un air intérieur de qualité. Les systèmes de ventilation, naturels ou mécaniques, permettent en effet de ventiler à la juste mesure : suffisamment pour évacuer vapeur d’eau et polluants, mais pas trop pour ne pas dégrader les performances ou le confort thermique. Dans les logements anciens, il n’y a bien souvent pas de véritable système de ventilation, le renouvellement d’air étant assuré par les défauts d’étanchéité du bâtiment (passage d’air autour des fenêtres et portes…). Au mieux, il existe une ventilation naturelle (assurée par des entrées et sorties d’air dans les murs ou fenêtres). entrées d’air . Dans tous les cas, il faut aérer régulièrement son logement en ouvrant les fenêtres.

En savoir plus sur la ventilation

COMMENT AMÉLIORER LA QUALITÉ DE L’AIR INTÉRIEUR

Réduire les sources de polluants

  • Utilisez les produits d’entretien dégageant le moins d’émanations chimiques. Vous pouvez vous référer aux produits bénéficiant de l’Ecolabel européen, ou de la mention « NF Environnement » (voir « comment évaluer la performance des produits ? »).
  • Privilégiez les peintures comportant peu ou pas de Composés Organiques Volatils (COV), certains d’entre eux présentant des risques pour la santé, et de solvants (privilégiez par exemple les peintures « alkydes » aux peintures « glycéro »).
  • Aérez après une combustion quelconque (encens, cigarette), afin d’éviter l’accumulation de produits nocifs dégagés par la combustion.
  • Soyez également vigilant lors du choix de vos revêtements de sol et de votre mobilier, qui eux aussi ont un impact sur la qualité de l’air. Evitez dans la mesure du possible les agglomérés, qui contiennent beaucoup de colles. Les moquettes favorisent l’accumulation d’acariens, propices au développement d’allergies.

Veiller à une bonne aération du logement

  • Si vous aérez votre logement en ouvrant vos fenêtres, laissez les ouvertes 5 à 10 minutes par jour, y compris en hiver.
  • Si vous disposez d’une ventilation naturelle : ne bouchez jamais les grilles hautes et basses d’aération.
  • Si votre logement est équipé d’un système de ventilation mécanique : nettoyez régulièrement les bouches d’extraction et les entrées d’air. En copropriété,  prenez un contrat de maintenance pour le bloc d’extraction.
  • Si vous disposez d’une ventilation mécanique double-flux : les filtres doivent être changés a minima tous les 6 mois et il convient de faire nettoyer la gaine d’amenée d’air à minima tous les ans. En copropriété, ces gestes d’entretien doivent être faits par un professionnel.

En savoir plus sur la ventilation

COMMENT ÉVALUER LA PERFORMANCE DES PRODUITS ?

Étiquette émissions dans l’air intérieur pour les produits de construction et de rénovation

A + : peu d’émissions de polluants / C : beaucoup d’émissions
Depuis 2011, la législation impose un étiquetage en matière de santé environnementale, pour les produits de construction et de décoration. Il donne des repères sur les émissions en substances volatiles polluantes des produits une fois posés.

Il concerne :

  • les revêtements de sol, mur ou plafond,
  • les cloisons et faux plafonds,
  • les produits d’isolation,
  • les portes et fenêtres,
  • les produits destinés à la pose ou à la préparation des produits précédents.

Les labels signalant les peintures les moins nocives

Ce label certifie le respect de critères environnementaux communs à toute l’Union Européenne, sur l’ensemble du cycle de vie du produit (de sa fabrication à son élimination).

Il s’agit de la certification écologique officielle française.

Ces deux labels fixent des teneurs maximales pour les composés nocifs pour la santé, en tout premier lieu les Composés Organiques Volatiles et les formaldéhydes.

Les métaux lourds, ingrédients très toxiques, toxiques, cancérigènes, mutagène, toxiques pour la reproduction sont exclus du label. Toutefois les conservateurs contenant des substances toxiques peuvent être utilisés jusqu’à 0,1 %.

Pour en savoir plus : http://www.qualite-air-interieur.fr/

Contenu rédigé par le Club de l’Amélioration de l’Habitat.