L’humidité amplifie la sensation de froid.

La traiter permet donc de diminuer vos consommations de chauffage, et en même temps d’avoir un air intérieur plus sain.

Quelques conseils, en fonction de l’origine de l’humidité :

REMONTÉES CAPILLAIRES

Ce sont des remontées d’eau provenant du sol.
Ce phénomène se traduit généralement par des traces d’humidité en bas de murs à une hauteur maximale d’environ 1,20m.

Il faut alors traiter ce problème (drainage par exemple) et surtout ne pas isoler avant d’avoir régler le problème, sinon la structure du bâtiment risque d’être fortement endommagée, sans aucun signe extérieur visible.

MANQUE DE VENTILATION

Ce phénomène se traduit généralement par des traces d’humidité au plafond, en particulier dans les pièces humides.

Il faut vérifier que le renouvellement d’air est suffisant, en veillant dans un premier temps à ce que les entrées d’air et bouches d’extraction ne soient pas obstruées.

Pour en savoir plus sur la ventilation

Si la ventilation est générale, vérifiez ensuite que le détalonnage des portes intérieures est suffisant.

Pour en savoir plus sur le détalonnage

Si après avoir vérifié ces deux points, la situation ne s’améliore pas, il faut faire réaliser un audit ventilation par un professionnel (artisan, architecte, bureau d’étude).

DÉFAUT D’ISOLATION

Couplé à une mauvaise ventilation, ce phénomène se traduit souvent par des traces d’humidité sur les parois « froides » comme une fenêtre simple vitrage, un mur non isolé. Si les murs ont été isolés, les angles peuvent être froids (à cause d’une discontinuité de l’isolation) et donc être le siège de condensation. Isoler, surtout par l’intérieur, suppose la vérification du bon fonctionnement de la ventilation.

Il est alors conseillé de faire appel à un professionnel pour isoler les murs ou améliorer l’isolation existante.

Contenu rédigé par le Club de l’Amélioration de l’Habitat.