Un peu à l’étroit pour pouvoir y accueillir sa famille, les propriétaires de cette résidence secondaire souhaitaient avant tout faire des travaux d’agrandissement. Mais c’était pour eux aussi l’occasion d’améliorer son confort, et de faire des économies d’énergie « Je dispose d’un système de chauffage électrique peu adapté à une maison ancienne avec une absence d’isolation. Et comme il fallait de toutes façons se préoccuper du chauffage dans l’extension, je me suis dit qu’autant s’occuper aussi de la partie ancienne ».

Partie ancienne pendant travaux, au fond l’extension principale

Façade arrière de l’extension après travaux

Ils ont été conseillés et accompagnés par l’entreprise Laurentin, dont M. Léon, le technicien, explique comment s’est opéré le choix : « différents facteurs ont contribué à notre décision ; il n’y a pas ici de gaz de ville et le chauffage au fuel est relativement couteux. Le chauffage au bois n’est pas adapté au souhait des propriétaires d’arriver dans une maison chaude lorsqu’ils viennent l’hiver. C’est la pompe à chaleur qui reste la solution la plus adaptée à cette configuration de bâti, à cette localisation, ce climat et bien évidemment aussi aux attentes du propriétaire ».

L’entreprise LAURENTIN a réalisé une étude thermique des deux types de bâtis (la partie ancienne et l’extension) pour proposer une Pompe à Chaleur Air/Eau : « Choisir et dimensionner une pompe à chaleur de façon optimale suppose d’analyser de nombreux facteurs ; les conditions climatiques (température extérieure de base, humidité…), la nature des émetteurs (radiateurs ou plancher chauffant), les contraintes acoustiques (pour éviter les nuisances de certains éléments, leur implantation doit être doit être bien réfléchie), et la capacité du réseau de distribution électrique ».

En Pays des vallées des Gaves, la rigueur de l’hiver nécessite d’étudier au mieux ces questions : certaines pompes à chaleur mal dimensionnées peuvent en effet tomber en panne en cas de grands froids, ce qui s’est déjà passé plusieurs fois en Pays des Gaves.

La pompe à chaleur air/eau installée allie respect de l’architecture traditionnelle pour la maison ancienne et système plus innovant pour la partie neuve. Dans la partie existante, la pompe à chaleur alimente des radiateurs, alors que dans l’extension, l’installation d’un plancher chauffant permet d’optimiser consommations et confort. Pour Emmanuel Laurentin, « choisir de se chauffer avec une pompe à chaleur performante, c’est faire le choix d’une énergie non polluante et respectueuse de la nature. Aucune énergie fossile n’est utilisée et aucun rejet de CO2 ne part dans l’atmosphère. L’environnement est préservé, et les factures diminuées ».

Ce nouveau système de chauffage a permis des économies d’énergie conséquentes, puisque la consommation d’énergie par m2 a été divisée par deux. Au total, les travaux de chauffage s’élèvent à 29 000 €, pour l’installation de la pompe à chaleur, ainsi que les radiateurs et le plancher chauffant. Un investissement que la propriétaire ne regrette pas : « non seulement l’économie est importante, mais en plus, le confort est très agréable, équivalent à celui d’un chauffage central. Ce qui était loin d’être le cas avec les anciens convecteurs électriques ».